Zoé cherche ses mots

— Maman, pour l’école, il me faudrait des bottes à dents
— des QUOI?
— tu sais, des bottes à crocs. Qui accrochent au sol.
— hein ???
Après enquête approfondie, il s’agissait de chaussures à crampons, pour jouer au football 🤷 (Football boots en anglais)

Une autre, rapide: Zoé part à l’école.
— bonne journée Zoé. Amuse toi bien !
— Heu… Ouais… I make no promises!

Corona-survival

Pour ses devoirs, Zoé a dû étudier des “survival stories”, puis écrire sa propre histoire de survie.
Je vous la mets telle quelle, avec une petite traduction approximative pour les non-anglophones. Je trouve que ça retranscrit très bien son humeur (et son humour) du moment !

My life in quarantine has hardly been eventful, however I must ensure that I am not going mad. On the contrary, I believe that my mental health is just fine. I have followed a steady schedule of doing homework and watching Netflix. I have been exercising regularly in my garden, though I have felt the urge to bake more. I believe that this has happened to a lot of people over quarantine. I miss human interaction with people other than my family, however we have not started to rip each other’s heads off yet. I am not particularly scared or nervous, I do not have anxiety, my life has become pleasantly mundane. In conclusion, I believe that there are many more important things to be doing, instead of reading about how normal my life has been thus far. I thank you for being interested in my tedious blabbering.

Ma vie en quarantaine n’est guère mouvementée, mais je dois faire attention à ne pas devenir dingue. Au contraire, je crois que ma santé mentale est parfaite. Je suis un programme régulier de devoirs et de Netflix. Je fais régulièrement de l’exercice dans mon jardin, bien que j’aie ressenti le besoin de cuisiner davantage. Je crois que cela est arrivé à beaucoup de gens en quarantaine. Les interactions avec des personnes autres que ma famille me manquent, mais nous n’avons pas encore commencé à nous arracher la tête. Je ne suis pas particulièrement inquiète ou nerveuse, je n’ai pas d’anxiété, ma vie est devenue agréablement banale. En conclusion, je pense qu’il y a beaucoup de choses plus importantes à faire que de lire sur la façon dont ma vie a été normale jusqu’à présent. Je vous remercie de vous intéresser à mes fastidieux bavardages.

La ‘Nativity’

Comme vous le savais, ou peut-être pas, Noël en Angleterre commence à être célébrer très tôt. Non seulement est-ce qu’on vois des Pères Noël décoratifs dans les vitrines de magasins en Octobre, mais quelques écoles sont très, peut-être même trop, excité à raconter la fameuse histoire de quand le petit Jésus était né. C’est aussi la ou les Year 6 (mon année), les KS1(5 ans – 7 ans) et la maternelle doivent raconter cette histoire avec des costumes qui gratte, des petites voix dans une église géante et des maitre/maitresse stresser. Ce-si est la fameuse ’Nativity’.

Avec des Rois Mages, Mary et Joseph et beaucoup beaucoup d’anges, la Nativity est tellement populaire qu’ils ont décidé de faire un film la dessus, à propos d’un maitre qui n’aimer pas Noël et après si par-ce qu’il a pus faire la Nativity avec ses élèves. C’était vraiment nul. Sa s’appeler ’Nativity’. L’année d’après, qu’est-ce que je vois comme affiche au cinéma ? ‘Nativity 2’. L’année d’après, qu’est-ce que je vois comme affiche sur un bus ? ‘Nativity 3’. Je suis 99% sure que c’est exactement la même histoire, mais avec des personnages différents. Je vous jure, ce n’est pas une blague.

Après toutes ses années d’être obliger de chanter des chansons sur… bien, tous ce que vous avez lus au-dessus, c’est inévitable que des enfants commence à en avoir mare. Du coup, pour se marrer dans la coure, nous avons inventer nos versions un peu plus drôle, ou ridicule. Ses chansons ont était passer de génération à génération. Non, c’était pas moi qui les avez inventer. En voici un exemple:

Version originale:
We three kings of orient are;
Bearing gifts we traverse afar
Field and fountain, moor and mountain
Following yonder star

Oh, star of wonder star of night
Star with royal beauty bright
Westward leading, still proceeding
Guide us to thy perfect light
Version…trafiquée ?
We three kings of chocolate bar
One in a taxi, one in a car
One on a scooter honking his hooter
Smoking a fat cigar

Oh, star of wonder star of night
Fill your pants with dynamite
Light the fuse and off we go,
All the way to Mexico

La chanson que nous avons inventer veux dire:

Nous sommes trois roi de bar au chocolat
Un dans un taxi un dans une voiture
Un sur une trottinette qui joue de son klaxon
Fumant un gros cigare

Oh, étoile de merveille étoile de nuit
Rempli ta culotte de dynamite
allumer le fusible, est on y va
Jusque au bout du Mexique

Celle-la est la plus avancer, mais je suis sure qu’il y aura beaucoup d’autre à venir, comme; ‘Cucumber, my lord, cucumber’, au lieu de ‘Kum ba ya, my lord’. Ou même ‘O come let us ignore Him’ (Oh, venais l’ignorée) au lieu de ‘Oh come let us adore Him’. Bref, en conclusion les gamins n’ont pas peur de ridiculiser leurs écoles !

Zoé grandit


Maintenant que Anne travaille des journées plus longues, Zoé fait souvent le trajet à l’école toute seule, le matin comme le soir. Les deux autres n’ont pas les mêmes horaires, et ne vont pas au même endroit. L’an dernier, on demandait encore à Iris d’aller chercher sa sœur en primaire avant de rentrer, mais cette année, on s’est dit qu’elle y arriverait toute seule.

Jeudi soir, c’était la fête de l’école, alors elle est rentrée plus tard que d’habitude.
Du coup, ce soir en rentrant, elle a déclaré:

Aujourd’hui quand je suis rentrée il faisait presque noir.
I felt very grown up! (Je me sentais très grande/très adulte)

Ah, le bonheur de rentrer le soir quand il fait nuit…

Japon jour 11 – Kyoto et ses temples

Une journée bien remplie aujourd’hui, avec pas moins de TROIS temples !

Pour commencer, le temple du pavillon d’or, dont le bâtiment principal est recouvert de feuilles d’or. C’est vraiment joli et impressionnant. Mais on est beaucoup à vouloir l’admirer, et il faut faire la queue pour le prendre en photo, ça gâche un peu le plaisir !
La visite se poursuit avec un tour dans les jardins – splendides bien sûr, mais on se marche sur les pieds. On est content de l’avoir vu, mais on est aussi content d’en sortir !

On marche 20 minutes jusqu’au suivant, le Ryoanji Temple, qui abrite aussi le jardin zen (merci Anne G. !). Comme il est midi et qu’on connaît bien nos enfants, on s’achète chacun un nikuman — une boule de pâte farcie aux oignons, porc, etc. Pas mauvais du tout !
On doit se déchausser pour faire le tour du temple, et c’est bien agréable après cette marche. Vive les visites en chaussettes ! Le jardin de pierre n’est pas très impressionnant : grand comme une piscine, quelques rochers dépassent de gravillons soigneusement ratissés. On sent qu’on n’est pas assez zen pour être inspiré !
En revanche, le “vrai” jardin autour, avec un lac en son centre, est superbe: cerisiers en fleur, petit sanctuaire sur une île, poissons énormes et même quelques tortues.

Une bonne marche et un coup de bus (bondé !) plus tard, et nous voici au dernier temple de la journée : Tenryu-ji. On fait le tour du jardin, qui se trouve être un des plus anciens du pays, et qui est là encore magnifique. Les filles se mettent à faire des photos de fleurs en gros plan, qui sont plutôt réussies ! (Sauf quand, comme dit Zoé, “L’appareil photo ne concentre pas !” — en anglais, focus signifie à la fois “faire le point” et “se concentrer”…)
Juste à côté se trouve une petite forêt de bambous, et c’est assez dépaysant de marcher entre ces cannes immenses et si serrées qu’il fait très sombre.

On refait une heure de bus pour rentrer, et on se dit qu’on a bien mérité un petit restau après toutes ces activités ! Zoé a le droit de choisir le cadeau de son menu enfant parmi une caisse de babioles, et trouve que les Anglais devraient faire pareil.

On retourne à Tokyo demain, un peu à regret comme d’habitude : on a adoré Kyoto avec ses temples et sanctuaires littéralement à tous les coins de rue. On n’a fait qu’en effleurer la surface.
Les photos ne rendent pas ça aussi bien qu’on voudrait, mais les voici quand même !

Zoé à Pompéi

À l’école, Zoé a dû faire une rédaction sur leur thème du moment : Pompéi. Il fallait raconter la vie de quelqu’un pendant l’éruption.
Bonne lecture !


Dear diary,

my name is Octavius, and I am the richest (the most important) person in Pompeii. Today, I went to buy some groceries at the market. As soon as I stepped out of my precious, colossal apartment, I could hear the birds sing as they were enjoying the warm rays of sunlight. As much as I wanted to lay down in the soft, emerald green grass, I needed to go buy my lunch. When I got to the market, I went to the nearest fish stall and looked at the price. I asked the stall-owner what the most expensive was, and he said:
“Oh, that be this one, sir!”
As he took out the biggest fish of the lot, it was 10,000 denarius. Even I thought it was slightly expensive just for one fish, but he looked, well, un-taught. So I bought the fish, giving the shopkeeper 10 denarius, and he didn’t notice a thing. The thing is, another man did.
“Go away, you’re not welcome here!”
So of course, I replied.
“I’ll sell you if you’re not carefull.”
And this did the trick.


Dear diary,

this is the start of what seems a fantastic day. First of all, I have nothing planned today. This hasn’t happened in years! So, of course, I take a nap in the grass, where the birds sing me to sleep. When I woke up, I just sat and admired the breathtaking view. As the sun went down on the horizon, Pompeii lit up and that felt like the best moment of my life. But something was not right…

The horses were panicking, the dogs were barking, the birds were screeching. Dusty, black clouds of ash were heading towards me. This did not bother me too much, as the clouds of ash made it calming, in a way. Quite suddenly, the ground started to shake, and I did not feel relaxed. It was a sign that the Gods were angry, but I was not sure why.

Just when I thought things could not get worse, boiling hot rocks shot out of the gentle mountain. With the rocks came fire, which looked like a thousand fireflies shooting out of a rocket. To my great surprise, lava started oozing out like the blood that was about to be shed. Cracks started to form in the ground. The city was panicking…

What was happening? Nobody knew. Were we going to die? Nobody knew. But one thing was for sure. I did not want to die the slightest bit. Fortunately, I had a plan. I rushed inside the house, ran down the flight of stairs like a marble rolling down a hill, and locked myself in the wine cellar. Snap! A rope broke, and a whole building fell to the floor. Crash! A house went down with it. I could hear the peopple screaming, children crying. I peeped through a crack in the wall. Giant fire balls shot out of the mountain like meteorites destroying everything in its path. Almost the whole city was on fire now. Apart from — Bang! Sizzle! One of the rocks had reached my precious mansion! Crackle! Crackle! Now my place was on fire. Bang! The trapdoor fell. There was no escape. In desperation, I tried opening the crack, but it was hard as rock. The lava rushed in.

Goodbye


Now, you might be wondering, how can I write my story if I’m dead? Well, it’s simple. I’m in Hell. Alive people would think that it’s horrible and stress, but it’s actually really boring. No, seriously, there’s nothing to do. That is why I wrote my story.

The end


Pré-rentrée

Oui, on va très bien… Désolé pour ce long silence, on était en vacances !

Voici d’ailleurs comme preuve une photo récente d’une séance de goûter d’Iris. Je vous promets que ce n’est pas une mise en scène, je l’ai trouvée telle quelle ! À part le chocolat mauve, tout le reste est introuvable ici et a été ramené de France. Si vous trouvez les 7 autres ingrédients, vous avez gagné un hébergement gratuit en Angleterre.

Pour faire le lien avec l’article précédent, Zoé a récupéré juste avant les vacances un cadeau de son fameux club chrétien : un livre contenant des aimants à frigos permettant de se construire ses propres prières !

Mais Zoé est maintenant persuadée que Dieu n’existe pas : elle a fait une expérience scientifique. Un soir — elle nous l’a dit le lendemain — elle a prié que Dieu lui envoie un cauchemar. Comme il n’y a pas eu de cauchemar, il n’existe pas. CQFD. (Ou il n’écoute pas ses prières, mais je n’ai pas trop argumenté…) Et elle a rajouté toute fière : I outsmarted him! (J’ai été plus maligne que lui).

Pour finir, une triste nouvelle : Annabeth — plutôt connue sous le nom de Bouboule — le hamster d’Iris, s’est éteinte cette nuit. Elle avait commencé à se sentir mal hier, ne mangeant plus, marchant à peine, et tremblant tout le temps. Iris l’a enterrée tristement sous notre cerisier ce matin.

Allez, l’école c’est la semaine prochaine pour les enfants. On vous tient au courant !

Zoé devient chrétienne

pendu Non, pas vraiment…
Mais elle est revenue toute contente hier soir, en disant qu’elle avait rejoint le Christian Club, qui se déroule à l’école tous les mercredis midis, pendant la récréation après le lunch.
C’est une de ses copines qui l’anime — oui, une gamine de 8 ans comme elle. La maîtresse est quand même dans la salle, et intervient quand c’est trop la foire.

Ce qui a plu à Zoé, c’est qu’ils font des jeux supers. Par exemple: hangman, le pendu. Les mots à trouver sont en rapport avec la religion : forgiveness, etc. Ou encore : ils mettent des chaises au milieu de la salle, bandent les yeux d’un gamin, et un autre doit faire Jésus et le guider à travers le labyrinthe… jusqu’au Paradis bien sûr.

Bon, elle a aussi inventé une phrase où elle remplace tous les mots qu’elle peut par de la nourriture :

I am Cheese-us Christ, from Bethle-ham. Praise the Cod!

(En gros : Je suis Fromage Christ, de Bethle-jambon. Louez le cabillaud !)

Toujours plus gourmande que religieuse, notre Zoé !

Zoé poète

À l’école, Zoé devait faire un shape poem, un poème en forme de montagne, leur sujet du moment. Ils avaient travaillé avant sur du vocabulaire (il y a des mots là-dedans qu’on n’entend pas tous les jours…) et sur le fait de faire des comparaisons (simile) et des allitérations. Elle s’est bien amusé avec cet exercice.

Voilà ce que ça donne !
(Et voici une bien pauvre traductionpar Google Translate …)

Lava, lava all around,
thudding, slushing to the ground.
It will never stop,
all the way from the top.
The village is in tears,
a horrible sound damaging the ears.
Breaking everything in its path,
while someone is having a nice hot bath.
In the dead of night,
all the villagers have a fright.
Volcanoes erupt
like a baby waking up.
Fiery flames bursting out,
smoke everywhere, wandering about.
The lava oozing down like a slithering snake.
But no one knows when the beast will wake up again.

Iris envoie des textos aux prophètes

Encore un devoir d’Iris qui nous a fait ouvrir des grands yeux !
Le sujet est Religious Studies, et ça consiste à avoir une connaissance générale des principales religions du monde, et aussi un peu de philosophie. Nos enfants n’aiment pas du tout, surtout les deux dans le secondaire. (Pour en savoir plus, allez voir le programme dans leur école !)

Le devoir d’Iris consistait à reproduire — tenez-vous bien — une conversation par SMS entre Abraham et Mahomet ! Ils devaient décrire leur expérience religieuse et leurs sentiments à ce propos. On frémit au nombre d’anachronismes dans cet exercice…

Elle s’en est plutôt bien sorti, je trouve… J’aime beaucoup la dernière phrase, qu’on pourrait traduire par “Dur, mec !” ou “C’est vache !”