Une rentrée pour Zoé

Zoé est donc rentrée en “Year 10”, sa quatrième année dans le secondaire. C’est là qu’elle a pu choisir ses options — et au passage se débarrasser de quelques matières qu’elle a bruyamment détestées ces dernières années : Religious Education, Drama et Géographie.

Elle a choisi comme option Histoire, Espagnol et Psychologie. Comme elle n’est pas mauvaise, elle doit aussi faire les “3 sciences” (Physique, Chimie et Biologie) plutôt qu’un seul cours avec les trois “combined”. Le tronc commun comporte aussi Anglais, Maths et Sport. Elle passera le GCSE — l’équivalent du brevet — dans 2 ans. Mais elle a déjà passé l’épreuve de Français, et a bizarrement obtenu la meilleure note.

Ah, et j’avais oublié l’option la plus importante bien sûr: Musique ! Elle est toujours bien accrochée à sa flûte, et devrait participer à l’orchestre de la comédie musicale que l’école monte cette année. Elle a aussi réussi à passer son niveau 5 en flûte l’an dernier, puis le niveau 5 en solfège, nécessaire pour la suite. La suite, c’est normalement le niveau 6 de flûte, mais elle a décidé d’être un peu plus ambitieuse et de tenter directement le niveau 7.

Elle continue aussi la danse classique, un soir par semaine, qu’elle avait commencée en sortant des confinements. Elle pourrait là aussi passer des niveaux dans l’année.

Pour finir: elle se prépare aussi à passer 4 ans en tant que fille unique, maintenant que ses sœurs l’ont abandonnée ! Ça n’a pas l’air de lui faire trop peur…

Allez, je vous mets la vidéo de son concert à l’école de flûte. Ça date de juillet dernier, mais c’est toujours bon !

Animaux du jardin

Il y a quelques semaines, on s’était levé tôt et on a vu un renard dans notre jardin ! On en croise de temps en temps dans les rues la nuit, c’est toujours assez impressionnant. Celui-ci est un jeune je pense: il a les pattes plus courtes que d’autres. J’ai même pu prendre une vidéo.
Les Anglais ne les apprécient pas trop : ils fouillent dans les poubelles et laissent des crottes partout. Mais bon… nous on apprécie de vivre dans un coin où les crottes ont plus de chance de provenir d’un renard que d’un chien !

On aime bien la “biodiversité de notre jardin”, alors j’avais envie de vous montrer un peu ce qu’on trouve comme bestioles ici, et qu’on n’avait pas trop l’habitude de croiser en France.

Commençons par les oiseaux : vous vous souvenez peut-être de la chouette qui nous a rendu visite par la cheminée ! On a régulièrement des mésanges dans le nichoir au fond du jardin, et même eu une nichée de rouge-gorges dans le garage. Les rouge-gorges sont les moins farouches, et viennent picorer tout prêt, dès qu’on retourne un peu la terre. On a aussi un pic qu’on entend régulièrement taper sur un tronc mort de l’autre côté de la rue. On a vu des chardonnerets, des troglodytes, des geais, des hérons, une huppe, etc.

Et puis il y a tous ces milans royaux qui tournoient dans le ciel dès qu’il fait un peu chaud en sifflant, et qui se prennent de bec régulièrement avec les mouettes. Les enfants disent qu’il y en a plein à l’école, pour ramasser les restes des lunch boxes

Les insectes maintenant : figurez-vous qu’on voit parfois des lucanes cerf-volant ou des hannetons, choses qu’on n’a pas vues en France depuis la Guerre des Boutons ! On a aussi retrouvé un énorme nid de guêpes (abandonné, ouf !) sous le toit du garage, gros comme un ballon de foot. Et on a eu cet été un nid de gentils bourdons débonnaires dans notre abri de jardin, sous le tas de bois.

On a aussi un hérisson, qu’on entrevoit parfois le soir, et qui vient nous bouffer des limaces — tant mieux ! Et des écureuils qu’on voit cavaler sur nos barrières et qui répandent des glands et des noisettes un peu partout. Et il y a certainement d’autres rongeurs, parce que sinon qui a gentiment grignoté toutes les noix qu’on avait stockées au garage dans une boîte en carton, hmm?

Alors attention: la nature est plutôt moins abîmée ici qu’en France. Mais ce n’est pas du tout par souci de protection ! Au contraire, les gens ici roulent beaucoup en 4×4, les transports collectifs ou le vélo sont très peu encouragés, le recyclage est pitoyable, et en général la conscience écolo est peu développée. Mais c’est aussi que les infrastructures sont un peu pourries : les bords de route n’ont pas de fossé bien nettoyés, les voies ferrées ont des arbres qui poussent au ras (et laissent tomber des feuilles dessus en automne, ce qui ralentit les trains…), il n’y a jamais eu de remembrement qui aurait détruit les haies, et les forêts ne sont pas très entretenues. Tout ça nous agace régulièrement, mais bon, ça fait aussi de la jolie nature !

Zoé et sa nouvelle flûte

Zoé a beaucoup râlé en fin d’année scolaire, principalement après l’école. Il faut dire qu’elle a passé la moitié de l’année en confinement, et qu’elle n’avait pas des profs très enthousiasmants cette année. Les vacances la semaine dernière étaient les bienvenues, mais elle a quand même eu une jolie série de nouvelles sympas en deux semaines.

D’abord, elle est celle de son niveau qui a lu le plus ! Les gamins rentrent les livres qu’ils lisent sur un site en ligne, Accelerated Reader. Il y a des petits quiz pour valider qu’ils les ont bien lus, et ça comptabilise le nombre de mots lus. Zoé étant en tête de tous les year 8, elle a gagné… une tablette numérique ! Probablement pour qu’elle passe plus de temps devant un écran 🙄

Ensuite, elle a aussi gagné à l’école un bon d’achat de 10£ — toujours chez ce même magasin en ligne qui ne vient pas d’Amazonie. Ils ont mis dans un chapeau tous les enfants qui avaient été sages au cours de l’année, en ont tiré 3 au sort, et boum, elle était dedans ! Elle va donc s’acheter des livres numériques sur sa nouvelle tablette…

Et pour finir, sa prof de flûte nous avait dit il y a quelque temps qu’elle jouerait maintenant mieux sur une flûte traversière d’un cran au dessus. On a pris rendez-vous samedi dernier chez un marchand spécialisé du coin, et Zoé a passé une heure et demie à tester 3 flûtes qu’ils nous avaient préparées. Et puis finalement elle en a testé une quatrième, et c’est celle qu’on a achetée… Le vendeur était très patient, et il connaissait bien son affaire. Depuis, elle en joue tout le temps, toute contente d’avoir une flûte aussi brillante, dans tous les sens du terme ! (Un grand merci à Mémé&Dom et Papy&Mamie qui ont largement participé…)

Voici une petite vidéo où elle joue TOUTES les notes possibles. Les plus hautes sont assez dures à choper, elle ne pouvait pas les faire sur l’ancienne.

En voici une où elle joue Tambourin dans le magasin, sur la flûte qu’elle a finalement choisie:

Et pour finir, La Sicilienne:

Zoé et la coronaflûte

Il y a un peu plus d’un an, Zoé était sur le point de passer son “niveau 2” en flûte traversière. On était allé la faire répéter avec une pianiste pour passer l’examen, elle avait joué ses morceaux 50 fois et elle stressait à mort parce que c’était la semaine suivant. Quand soudain… bref, l’examen n’a jamais eu lieu !

Par contre, elle a gardé sa flûte à côté de son bureau. Et à chaque fois qu’elle en avait marre des cours à distance ou que ses devoirs la gonflaient ou que ses profs la gonflaient, elle la sortait, trouvait une partoche sur internet et jouait tout ce qui passait. Comme elle déchiffre assez bien, elle arrive à jouer en direct si le morceau n’est pas trop compliqué.

Quand les cours de flûte ont repris à distance quelques mois plus tard, sa prof était toute étonnée des progrès qu’elle faisait. Et ça a encore empiré quand on lui a acheté un petit “stand”, pour pouvoir poser son instrument à la verticale, sans le ranger (et sans le laisser traîner sur le canapé, hmmm?), parce que du coup il était toujours disponible. Elle pouvait dégainer son engin juste pour quelques minutes, le temps de passer ses nerfs.

Le résultat est qu’un an après, elle joue du “niveau 5” et taquine même le “niveau 6″… C’est le solfège qui n’avance pas au même rythme, mais elle en sait assez pour jouer avec plaisir, et c’est ça qui compte. Elle a tellement pris d’assurance qu’elle envisage maintenant de repasser des niveaux, et que ça ne la fait même pas stresser ! Elle devrait aussi pouvoir rejoindre l’ensemble de flûtes de sa prof, en septembre, quand les cours reprendront “en vrai”.

Voilà une petite vidéo qui date de janvier — donc maintenant elle joue encore mieux ! Je vous conseille de regarder jusqu’à la fin…

Gaël et Zoé en duo

Le même jour que la commémoration du centenaire (voir l’épisode précédent), la prof de musique de Gaël et Zoé avait organisé un petit concert avec tous ses élèves. Il s’agissait, forcément, de récolter des fonds pour une charity, mais elle a poussé un peu pour qu’ils fassent un duo… et on a poussé aussi. Ils ont fini par accepter !

Zoé n’a commencé la flûte traversière que depuis avril dernier, mais elle y arrive bien, avec son expérience de 2 ans de flûte à bec. La prof avait choisi un morceau simple, pour ne pas qu’ils stressent trop. Nous on stressait un peu, on trouvait qu’ils n’avaient pas beaucoup répété ensemble…
Mais ça c’est super bien passé. Zoé était juste un peu déçue d’avoir mal placé sa bouche au début, et n’a pas osé la bouger pendant le morceau, du coup le son est un peu faible. Gaël a été très à l’écoute, pour qu’ils restent ensemble tout le long.

La prof en a prof(!)ité pour distribuer 3 médailles pour ses 3 élèves avec le meilleur état d’esprit, et Gaël a obtenu celle pour les “seniors”. Il était tout surpris, et tout content !
Les voici en action — avec leur prof assise derrière, ravie.

Iris commémore

Bon, vous vous souvenez qu’Iris va maintenant aux Army Cadets. Elle passe les examens petit à petit, et devrait pouvoir commencer le tir bientôt. Elle attend ça avec impatience.

Mais depuis un mois, c’est plutôt les cérémonies du centenaire de la 1ère Guerre mondiale qui les occupe. Les Army Cadets sont présents tous les ans aux commémorations, mais ce coup-ci c’était le centenaire, alors c’était du sérieux !

Le samedi, elle est allée en uniforme vendre des “poppies” au petit centre commercial du coin. Tout le monde porte ça début novembre, ce sont des petits coquelicots en papier qui sont vendus au profit d’une association d’anciens combattants.

Et le dimanche, on s’est retrouvé dans un champ voisin, au pied du monument aux morts, à admirer notre fifille au garde à vous.
En fait non, on n’a rien vu, il y avait trop de monde… Et aussi on discutait avec des copains, dont la fille participait aussi. Mais on a pris une petite vidéo de leur arrivée !
Alors, Iris est bien cachée, et n’est pas facile à repérer. Elle est avec son chignon, au milieu de la troupe, derrière le gamin en chemise blanche.
(Vous remarquerez après eux les “Air Cadets”, qui font bien rigoler Iris avec leur uniforme avec jupe et cravate…)

La neige encore !

Bon, il est encore tombé 10cm de neige aujourd’hui !
Ça fait donc trois fois cet hiver, alors qu’il n’avait pas neigé dans notre coin depuis 5 ans…
L’enthousiasme des débuts n’est plus là, et on est resté plutôt au chaud à l’intérieur. Il n’y a qu’Iris qui a accepté de sortir un moment pour une bataille de boules de neige. D’ailleurs, la neige était trop poudreuse, et on n’a pu faire qu’un mini-bonhomme.

Non, la seule chose qui pourrait rendre les enfants tout excités maintenant, c’est si l’école fermait demain matin. Mais ils n’y croient même plus…

Iris a quand même trouvé un nouveau jeu, sur la table de jardin. Je vous laisse admirer !

Nos enfants finissent l’année en beauté – tome 1

L’année scolaire 2016/2017 aura été un bon cru pour Gaël.

Au printemps déjà, à son école de musique, il a reçu une coupe décernée tous les ans à un élève méritant. Il a été récompensé pour son investissement dans l’école de musique (sa copine Jessica et lui sont des piliers de la chorale des petits), sa gentillesse et le fait qu’il ne manque jamais une leçon.

A son école, il a été remarqué pour l’aide qu’il a apporté lors des journées de visite des futurs élèves et leurs parents. En tant que “school ambassador“, il a reçu un groupe de jeunes élèves du primaire, les a guidés à travers l’école tout au long de leur visite tout en répondant à leurs questions. Nous avons par la suite reçu une lettre de la directrice de l’école, qui tenait à féliciter Gaël pour la confiance et la bonne tenue dont il avait fait preuve à cette occasion, disant que l’école était très fière de la façon dont il l’avait représentée. Autant dire que nous sommes très fiers aussi 🙂

Il a ensuite reçu, pour la deuxième fois de sa carrière, le “Head of Year award”, lors d’une cérémonie officielle chez Oracle, l’entreprise informatique qui sponsorise l’école. Il a été récompensé à la fois pour ses bons résultats scolaires et son implication dans la vie de l’école.

Last but not least, la chorale de l’école dont Gaël fait partie a aussi été récompensée cette année lors des prix culturels de la ville de Reading. Ils ont reçu le prix spécial du Jury, et sont même passés à la télévision sur une chaîne locale. L’émission est visible ci-dessous :

Et vous pouvez voir ici la chanson qu’ils ont interprétée à la cérémonie:

Iris fait toujours du karaté

Ça fait 3 ans maintenant que Iris a commencé le karaté, et elle continue ! (Contrairement à sa sœur, qui a laissé tomber assez vite, parce que le prof lui faisait peur et qu’elle avait la flemme de ressortir tard…).
Pourtant, son club n’est pas des plus porteurs… Ils sont deux dans son cours, elle et un petit gamin ceinture blanche, et les cours sont régulièrement annulés parce que le prof a une vie compliqué. Il est très bon, mais il est un peu “en marge” de la communauté du karaté.
Du coup, il n’a pas renouvelé l’adhésion du club à l’association, donc il n’y a plus de passage de ceinture, c’est un peu dommage. Il trouve que faire les katas n’est pas suffisant, et qu’il faut aussi apprendre à taper pour de vrai ! Iris va donc régulièrement dans un club de boxe pour taper sur des punching-balls… Elle en revient avec les jointures bien rouges, mais apparemment ça ne fait pas mal ! (Mon œil…)

Voici quelques photos de boxe, et une petite vidéo où elle fait d’abord des exercices avec le prof adjoint, puis déroule son kata du moment – celui qui pourrait lui faire passer de vert à violet.

Iris passe une ceinture

Iris avait commencé une sorte de karaté/self-defense l’année précédente (souvenez-vous !) mais plusieurs choses nous déplaisaient : c’était loin, c’était cher et c’était parfois un peu bizarre… (Pour les passages de grade, elle devait faire signer un papier par sa maîtresse et ses parents, attestant qu’elle faisait ses devoirs, rangeait sa chambre, se brossait les dents, etc. Bof !)

On avait trouvé un autre club par des amis l’an dernier, et elle a commencé en septembre dernier. Pas d’ambiance militaire, c’est dans un centre de loisirs pas trop loin, et c’est beaucoup plus sympa. Et il y a quelques semaines, elle a dû passer sa première ceinture !

Le déroulement était un peu lourd : il fallait aller dans un gymnase à l’autre bout de la ville, à 18h, et ça commençait par un cours, où un Sensei (Grand Maître) donnait une leçon de karaté aux 50 présents, pendant une bonne heure. Je la voyais bien stressée, à essayer de faire chaque mouvement parfaitement — surtout qu’elle était au premier rang, rapport à sa ceinture blanche et à sa petite taille, donc juste sous le nez du Grand Sachem !

Ensuite, une pause d’une demi-heure, puis c’était l’examen proprement dit. Elle avait bien préparé son kata, une sorte de chorégraphie à effectuer par cœur. Elle est passée avec deux autres ceintures blanches, sous l’œil critique du Grand Vizir. Elle était tellement concentrée qu’à un moment elle a fait 3 pas au lieu de 4. Mais à part ça, moi j’ai trouvé ça parfait !

Bien sûr, comme chaque groupe de 2 ou 3 devait passer séparément, ça a pris un certain temps… On a terminé à 22h, ce qui fait tard quand même ! Mais bon, elle a eu sa ceinture (orange) et un tampon sur son passeport international de karatéka, et ça valait bien ça !

Admirez la maîtrise: