Cornouailles — suite

Suite — en léger différé — de nos aventures hivernales en Cornouailles.
Mais d’abord, on souhaite à nos lecteurs et lectrices une ✨ SUPER ANNÉE 2022 ✨ en espérant enfin pouvoir vous y retrouver en personne, et pas à travers un écran ! Vous nous manquez beaucoup.

Alors, au programme de ces quelques jours : encore des balades au bord de l’océan, des paysages côtiers superbes, du brouillard et de la grisaille mais pas de pluie. Les vues nous font penser à la Bretagne, mais en bien plus désert !

Ah, et une visite d’Exeter aussi. C’est une des universités sur la liste d’Iris, et elle voulait aller voir le campus. Il est bien agréable, très vert et espacé. Mais tout était fermé bien sûr. (On a juste pu trouver à manger à la buvette du théâtre, qui passait alors un spectacle pour enfant…) On a ensuite marché jusqu’au centre ville, mais il n’avait rien de bien folichon, à part l’impressionnante cathédrale anglicane.

Et pour le réveillon du 31 ? On est resté au gîte, on s’est fait un poulet rôti-frites surgelées et une Bakewell tart absolument pas faite maison, on a bu une bouteille de Cava et on a joué à des jeux de société. (J’essaie d’apprendre aux enfants à jouer à la belote, ce monument de culture française…)
C’était parfait 😁

Coro-no-voyage

Bon, on a laissé tomber… On n’ira pas en France ces vacances, encore.
Les règles changent à nouveau à partir de demain : il faut maintenant un test de moins de 24h pour venir (au lieu de 48h avant). Et une quarantaine en arrivant, que l’on peut interrompre au bout de 48h avec un test PCR. Et on doit s’enregistrer avant de partir, pour qu’ils puissent nous contrôler.
Tout ça serait faisable, mais on a la trouille qu’un seul des 26 (!) tests qu’on aurait à faire en 2 semaines s’avère positif, et là on serait coincé pour 10 jours, en loupant l’école et le boulot. Et puis les chiffres ne sont pas bons du tout, des deux côtés de la Manche, on s’attend à un nouveau durcissement la semaine prochaine. Ah oui, et mon Eurostar a gentiment été annulé hier… Bref.

On est vraiment déçu bien sûr. D’autant que ces décisions commencent à sentir la politique : seule la Grande-Bretagne est concernée par les dernières mesures, alors que d’autres pays autour sont tout autant en mauvais état. Mais enquiquiner les Anglais, c’est facile, c’est pas cher, et ça peut rapporter gros ! On attend maintenant l’inévitable réplique de BoJo… 🤡

Allez… Du coup, on a fait des courses de Noël, acheté une bouteille de Piper-Heidsick et du saumon fumé pour le réveillon, on va se faire du vin chaud et des feux dans la cheminée, et les chansons de Noël tournent en boucle. Et peut être même qu’on ira faire un petit séjour dans la campagne après Noël, pour se changer les idées…
On garde aussi nos bons d’achat Eurostar ; on espère bien s’en servir dans les 6 mois à venir !

La bise à tout le monde, et JOYEUX NOËL !

Corona-voyages

On a bien l’intention de faire un tour en France à Noël — ça fait 18 mois qu’on n’a pas vu nos familles, et aussi notre réserve de vin est complètement épuisée ! Mais c’est pas très simple, avec tous ces variants en folie. On pense avoir maintenant (presque) tous les éléments pour y arriver. Laissez-moi vous raconter !

D’abord, il nous faut un test antigène pour traverser la frontière vers la France. Ces tests sont dispensés gratuitement, on en a régulièrement par l’école, mais… pas question d’utiliser ceux-là, bien sûr ! Il faut passer par un fournisseur affilié par le gouvernement, qui en fournit la liste : il y en a plus de 400, dont les prix s’échelonnent de 15£ à… 235£ !
On fait quoi, on prend le moins cher? Le plus cher? Celui du milieu?
Quand on essaie d’en commander sur ces sites, on est souvent obligé de fournir plein d’information (nom, date de naissance, photo du passeport, etc.), et après il faut prendre un rendez-vous pour venir retirer le test, et finalement il n’y a pas de créneau avant janvier…
On a fini par trouver une pharmacie locale qui les fournit, pour 59£. À multiplier par 5 pour nous tous… Bon.

C’est pas fini ! Il nous faut aussi un test pour passer la frontière dans l’autre sens, à notre retour. On peut probablement le faire dans une pharmacie en France, mais ce sera plein de jours fériés, le plan blanc est déclenché, on ne sait pas s’ils seront acceptés… Bref, on va commander un autre paquet de tests à 59£ qu’on emmènera avec nous, pour notre tranquillité d’esprit.

C’est pas fini ! Après notre retour, on devra rester en quarantaine chez nous, jusqu’à obtenir un test négatif de PCR. Ce test est encore différent, et plus cher : 105£, et il doit être commandé avant de voyager. Il faut le renvoyer par la poste, et on reçoit le résultat 36h plus tard. Normalement. En attendant, on doit rester chez soi. Les enfants et Anne vont donc devoir manquer quelques jours d’école.

C’est pas fini ! En France, comme on voyage en train, il nous faut le fameux pass sanitaire. Pas de problème pour 3 d’entre nous : on est doublement vaccinés, ni pour Iris, qui a choppé le covid le mois dernier, et est donc considérée comme immunisée. On a installé l’app sur nos téléphones, et elle reconnaît le QR code British et crée un autre QR code reconnu en France. Ouf !
Mais pour Zoé, c’est plus compliqué. Elle ne peut pas obtenir de deuxième dose ici — seuls les plus de 16 ans ont ce privilège. Il va donc falloir qu’elle fasse régulièrement des tests en France, pour avoir le droit de prendre le train, ou aller au restau, au musée, etc. En espérant que les pharmacies seront ouvertes, les tests disponibles, etc.

Tout ça devrait bien se passer (sauf pour le portefeuille, qui va en prendre un coup ! Vous avez fait l’addition ?)
Notre grande frousse, c’est qu’on se retrouve positif à un de ces tests, ou qu’il n’y ait pas de pharmacies ouvertes pour tester Zoé, ou que les règles changent brusquement, ou que les résultats n’arrivent pas à temps, etc. Il y a tellement de paramètres, on pourrait se retrouver coincé en France, ou à une frontière ou même chez nous.

Allez, on y croit, et on vous tient au courant. Joyeux Noël à toutes et tous !

🎄🎅🎁🍗🥳

Visites d’université

On l’avait déjà fait pour Maxine, c’est le tour d’Iris maintenant : la tournée des universités pour l’année prochaine ! Covid oblige, ce sera malheureusement très réduit pour elle. Très peu d’universités ont organisé des journées portes ouvertes — certaines l’ont fait en remote, mais c’est pas aussi sympa.

On a quand même fait nos propres visites, pour voir de loin à quoi elles ressemblaient. D’abord à Édimbourg, en juin dernier, souvenez-vous ! Mais on a aussi réussi à caser York et Leicester le mois dernier.

York d’abord – c’est assez au nord de l’Angleterre, à 4h de train ou de voiture… On y est allé à deux, Iris et moi, en train, et on est resté une nuit sur place, pour passer un peu de temps dans la ville. On a vraiment adoré : c’est une ville pleine d’histoire, avec des toutes petites rues pavées, des vieilles maisons à colombages et des pubs de 500 ans à chaque coin de ruelle ! Il faut absolument qu’on y retourne avec Anne…

On n’a pas visité l’immense cathédrale, mais on a fait le tour des remparts, et bien lu les panneaux explicatifs à chacune des portes. À un moment, on est tombé sur un champ de fouilles avec un logo de l’université, et justement Iris veut étudier l’archéologie ! On a aussi vu de l’extérieur le bâtiment “historique” de l’université qui accueille cette matière : il a quand même 750 ans… Mais la plupart des cours sont sur le campus, à l’extérieur de la ville.

C’est donc notre destination pour le lendemain: 20 minutes de bus, et nous voilà à la librairie universitaire, où à notre grande surprise, on nous laisse gentiment rentrer. Le coin des bouquins d’archéologie est plein de livres en français, notamment une chronique des activités de Charles V, imprimée il y a 150 ans !
En nous baladant sur le campus, on trouve aussi la zone d'”archéologie expérimentale”, où les élèves recréent des habitations ou essaient des techniques anciennes.
Tout ça fait bien envie à Iris ! Après un petit tour dans le coin des logements étudiants, plutôt sympas, on retourne chez nous.

Le week-end suivant, on part à Leicester ! Là c’est juste à 2 heures de voiture, donc on en a loué une et fait l’aller-retour sur la journée. C’était aussi une vraie journée portes ouvertes, ce qui change tout ! On a pu assister à un mini cours d’archéologie sur la célébrité locale : le roi Richard III, exhumé il y a quelques années sous un parking. On a également pu visiter les labos, avec une prof très enthousiaste qui nous a montré sa collection de squelettes – humains ou non.

Iris a maintenant envoyé ses choix d’universités. Elle commence à avoir des retours, mais elle sait déjà lesquelles elle sélectionnera pour le second tour : York et Leicester !

Staycation

Encore un mot-valise, dont l’anglais raffole: staycation, ce sont des vacances où l’on reste chez soi. Cette année, on n’est pas tous vaccinés (3½ sur 5, Iris n’ayant eu qu’une dose et Zoé aucune) et les passeports des enfants sont périmés (on ne pouvait prendre rendez-vous au consulat qu’un mois avant leur expiration, mais le premier créneau était 2 mois plus tard…). Bref, pas question de faire notre tour de France annuel, mais on a quand même essayé de faire des trucs sympas la semaine dernière !

Voilà donc un résumé de nos activités de staycation :

  • Un petit tour à Marlow, une petite ville du bord de la Tamise, un clone de Henley pour ceux qui connaissent. On y a vu de jolies maisons, pique-niqué au bord de l’eau et… vacciné Maxine ! C’est là qu’elle avait son rendez-vous pour la deuxième piqûre, et c’était une excellente excuse pour y aller.
  • Une balade dans un petit bois à côté de chez nous, pour ramasser des mûres, et faire une délicieuse gelée avec.
  • Un tour au centre-ville de Reading, pour y tester un nouveau mini-golf (12 trous, et en intérieur c’est plus sûr !), un nouveau cinéma d’art & essai et un restau japonais.
  • Une escapade dans une ferme où on pouvait récolter nous-mêmes. On en a ramené des haricots verts, des oignons, des brocoli, des fraises et des framboises.
  • Un autre tour au centre-ville pour y tester un autre restau, libanais cette fois. On s’est pris une énorme averse en y allant, à pied, et on était bien trempé malgré les parapluies. On a pris le temps de sécher avant de rentrer.
  • Et pour finir, un après-midi à Londres, où on n’avait pas mis les pieds depuis au moins deux ans. Après l’habituelle flânerie le long de la South Bank de la Tamise, on a atterri au Globe, la réplique du théâtre de Shakespeare, pour y voir Roméo & Juliette !
    On a vraiment bien aimé. C’était une mise en scène moderne : Roméo fait du vélo sur scène et Juliette se suicide avec un flingue. Shakespeare dans le texte c’est très dur à comprendre, mais heureusement on avait révisé l’histoire avant !
    On était content de ne pas avoir pris les places dans la fosse: elles ne sont pas chères, mais c’est en plein air, et il a encore plu une énorme averse juste avant le début… Et on était content d’avoir emmené une couverture pour protéger nos fesses du banc en bois, bien à l’ancienne !

Allez, quelques photos souvenirs !

Corona-vaccinés

Et voilà ! On a eu notre première dose de vaccin aujourd’hui — les parents, pas les enfants. La semaine dernière, les vaccinations ont été ouvertes aux 45-50 ans (c’est nous ça, et ouais !). On n’a pas réussi à s’enregistrer les premiers jours, il y avait du monde et les créneaux partaient avant qu’on ne puisse cliquer dessus… Mais quelques jours plus tard c’était bon, et maintenant c’est fait !

Il a fallu aller au stade de foot local (Il doit probablement avoir le plus grand parking de la ville !) Comme c’est un peu loin, on n’a pas pris le vélo, mais on a loué une voiture à l’heure, avec un service en ligne : co-wheels. On s’enregistre en ligne d’abord — et ça c’était le plus dur, parce que le permis de conduire rose, en carton, et sans date de fin, ça n’inspire pas confiance par ici ! Ensuite, on réserve une voiture sur leur site. Il y en a plusieurs autour de nous, garées sur des places de parking prédéfinies. On agite une carte magnétique devant son nez, et magiquement les portières se déverrouillent ! Après, ça marche comme une voiture normale…

Arrivé au stade, on a été impressionné par l’organisation. Il y avait des gens pour nous guider partout. On a redonné notre numéro d’inscription, fait la queue 5 minutes, répondu à quelques questions et chtak! un coup de piqûre dans l’épaule. Le plus long était d’attendre ensuite sur une chaise 15 minutes, pour être sûr que tout allait bien. En partant, on nous a remis une petite carte de membre, avec la place pour le rappel, qui arrivera le 12 juillet. Et un joli autocollant, voir ci-contre!
Ah, j’allais oublier: on a eu le Moderna. On n’aurait pas fait les difficile de toute façon !

Brexit March II

Ah, le Brexit ! On n’en peut plus d’essayer de comprendre le bazar actuel.
Mercredi dernier, les députés se sont octroyés le droit (contre l’avis du Gouvernement !) de voter sur 8 sorties potentielles : accepter l’accord négocié avec l’UE, rester dans l’UE, faire un accord sur le modèle de la Norvège, rester dans l’Union douanière, rester dans le Marché commun, refaire un referendum, etc
Résultat: aucune majorité, sur aucune des propositions ! Les 8 ont été rejetées. Bref, tout est coincé. La date du départ – qui devait être hier – a été repoussée au 12 avril, mais on n’est pas plus avancé pour autant.

Il y avait une grosse manifestation pour un deuxième referendum samedi dernier, et on y est bien sûr tous allé ! Ce coup-ci, on avait même fait des pancartes. La première a eu du succès: plein de gens nous ont félicité ou l’ont prise en photo. Elle disait:

IMMIGRATION
Making britain great since 1066!

On avait ensuite ajouté des petits personnage de la tapisserie de Bayeux (qui relate l’invasion de l’Angleterre par Guillaume le Conquérant en 1066, pour ceux qui n’ont pas de prof d’Histoire autour d’eux !) tenant des drapeaux français, britannique et européen.

La deuxième pancarte était plus simple :

Let’s flush this brexs💩t!

(flush = tirer la chasse…)

Comme la manif précédente, l’ambiance était très sympa, conviviale et chaleureuse, avec des drapeaux européens flottant partout et des slogans marrants. On a croisé Elvis jouant de la guitare, et aussi Lord Buckethead (un gars déguisé en envahisseur intergalactique, qui s’était présenté face à Theresa May aux dernières élections. La photo sur son site vaut le détour !)

On a fini dans un restau japonais, plein de gens sortant de la manif aussi, avec des gamins partout. On s’est pris un bon goûter et on a repris le train, bien crevés mais content d’avoir atteint UN MILLION de personnes, d’après les organisateurs. (Et presque 2 millions d’après la police… On ne comprend pas tout dans ce pays encore !)

Iris commémore

Bon, vous vous souvenez qu’Iris va maintenant aux Army Cadets. Elle passe les examens petit à petit, et devrait pouvoir commencer le tir bientôt. Elle attend ça avec impatience.

Mais depuis un mois, c’est plutôt les cérémonies du centenaire de la 1ère Guerre mondiale qui les occupe. Les Army Cadets sont présents tous les ans aux commémorations, mais ce coup-ci c’était le centenaire, alors c’était du sérieux !

Le samedi, elle est allée en uniforme vendre des “poppies” au petit centre commercial du coin. Tout le monde porte ça début novembre, ce sont des petits coquelicots en papier qui sont vendus au profit d’une association d’anciens combattants.

Et le dimanche, on s’est retrouvé dans un champ voisin, au pied du monument aux morts, à admirer notre fifille au garde à vous.
En fait non, on n’a rien vu, il y avait trop de monde… Et aussi on discutait avec des copains, dont la fille participait aussi. Mais on a pris une petite vidéo de leur arrivée !
Alors, Iris est bien cachée, et n’est pas facile à repérer. Elle est avec son chignon, au milieu de la troupe, derrière le gamin en chemise blanche.
(Vous remarquerez après eux les “Air Cadets”, qui font bien rigoler Iris avec leur uniforme avec jupe et cravate…)

Le Brexit, ça marche pas !

Samedi dernier, nous sommes allés faire un tour à Londres, non pas pour du shopping, mais pour la marche anti-Brexit !
Ça faisait chaud au cœur d’être entouré d’autant de drapeaux européens ! L’ambiance était très sympa, avec plein de gens de tous âges et de toutes sortes, et des pancartes bourrées d’humour.
Zoé était à fond. On avait récupéré un kit “coupe du Monde” cet été (merci Mémé et Dom ), et elle avait ses lunettes bleu-blanc-rouge, un drapeau français sur chaque joue, un européen dans la main, et un autocollant “Bollocks to Brexit” sur le front…

On avait parlé de ce Brexit juste après le vote en 2016. Ce qui s’est passé depuis deux ans est un grand concentré de n’importe quoi. Essayons de résumer…

Tout d’abord, le referendum a été largement entaché de mensonges, mais aussi d’irrégularités, la partie pro-Brexit ayant dépensé bien plus qu’autorisé, utilisé des données de Facebook frauduleusement, etc. Il y a même des soupçons de financements de la Russie. Ça vous rappelle un autre vote ailleurs ?

Le gouvernement de Theresa May a fait preuve d’une impréparation et d’un amateurisme incroyable. Ils n’ont rien fichu pendant des mois, laissant l’UE faire tout le boulot. Ils sont d’ailleurs toujours divisés sur les questions basiques : le pays quitte l’UE, mais reste-t-il dans le Marché Unique (comme la Norvège) ? Ou bien a-t-on un accord d’échange particulier (comme la Suisse ou le Canada) ? Ou bien rien du tout, devenant un pays tiers avec des échanges gouvernés par l’OMC ? Ça change tout !
L’opposition ne fait pas tellement mieux, le leader travailliste Jeremy Corbyn étant un Brexitteur fervent, il attend que tout pète pour ramasser le pouvoir.

Quelle que soit l’option choisie, le pays s’attend à un choc terrible le 29 mars 2019, jour de la sortie. En cas d’absence d’accord, le gouvernement a publié une bonne centaine de recommandations, dont la simple liste donne la frousse. C’est qu’on perdrait du jour au lendemain tout un tas d’accords au niveau européen, permettant de faire voler les avions, d’acheter des matières nucléaires ou de l’électricité, d’autoriser des médicaments, etc. Les entreprises n’aiment pas cette incertitude, et chaque semaines, quelques unes décident de déplacer leur siège ou leurs usines ailleurs. De toute façon l’impact économique sera énorme.

Et puis, il y a les Irlandais. Au vu de l’histoire récente, ils refusent absolument qu’il y ait une frontière entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande, au Sud. Or, l’Europe impose une frontière et des vérifications de marchandises si le pays quitte le Marché commun, pour ne pas importer des cochonneries non conformes. L’UE a même proposé de déplacer la frontière à la Grande-Bretagne (l’île principale), en laissant toute l’Irlande unie. Mais la proposition ne passe pas auprès des députés nord-irlandais Unionistes (bien à droite, anti-avortement, etc.), dont Theresa May a besoin pour tenir sa coalition.
Les Écossais sont très fâchés aussi, eux qui ont massivement voté pour rester dans l’Europe. Il avaient voté contre leur indépendance en 2015 : on leur avait annoncé… qu’ils ne seraient plus dans l’UE s’ils devenaient indépendants !

Bref…

La grande marche devait durer 2 heures et se finir place du Parlement. En fait, au bout de 2h on n’avait pas encore fait la moitié tellement il y avait de monde. Les journaux prévoyaient 100 000 personnes, on s’est retrouvé au milieu de 700 000 personnes — d’après les organisateurs, la police ne faisant pas de décompte ici. On a mis 4 heures pour faire tout le parcours.
La revendication principale était d’avoir un second referendum, maintenant que le pays sait un peu mieux à quoi s’attendre. En espérant que le résultat soit différent.

Concrètement, pour nous, on devrait perdre le droit de vote aux élections locales et européennes, remplir quelques formulaires et payer une sorte de carte de séjour pour pouvoir rester ici. On attend de voir, tout pouvant changer à tout moment.
Mais bon, on fait quelques réserves de boîtes de conserve, juste au cas où…

Festival du conte d’Oxford

Samedi dernier, nous sommes allés au premier Oxford Storytelling Festival, sur les conseils d’une amie, qui va à celui du Pays de Galles depuis 20 ans. Bon, on a été petits joueurs comparés à elle : on n’y est resté que le samedi. Elle y passait tout le week-end avec sa fille de l’âge de Zoé, en camping à la britannique. (C’est à dire sans douche, avec un robinet d’eau froide pour 50 tentes, des toilettes sèches, 5°C la nuit, et une journée de pluie obligatoire !)

L’ambiance était très hippie (la copine disait “oxfordish”) : toilettes sèches donc, nourriture exclusivement végétarienne, mais principalement végane et sans gluten, ateliers “je raconte mon accouchement” ou séance de yoga face au soleil levant.
Et surtout plein d’histoires ! Soit sous des grands tipis, soit dans la grande maison, aux fresques New Age. On vient, on s’assied, on repart si ça ne nous plaît pas. Et franchement, ça nous a très souvent plu !

Voici un petit échantillon des conteurs qu’on a vus.

  • Hugh Lupton, présenté comme “on ne le présente plus”, qui a raconté des histoires traditionnelles du nord de l’Angleterre. C’est le premier qu’on a vu, et il mettait la barre très haut !
  • Kerima Mohideen, qui mêlait un conte traditionnel du Sri Lanka et une histoire bien réelle et contemporaine de tribus expropriées à l’est de l’Inde. Politique et féministe !
  • Tom Irons, qui était à fond dans son histoire de géant et de fils du fils du roi sauvant la princesse, etc.
  • Katy Cawkwell, avec des contes classiques, racontés de manière très colorée et vivante.
  • Ben Haggarty pour finir, dans l’amphithéâtre avec le soleil couchant. Il nous a tenu en haleine une bonne heure avec l’histoire d’Atalante.

Avec ça, les filles ont également taillé une cuiller en bois chacune, et aussi filé un peu de laine colorée. Zoé et sa copine ont passé une bonne partie de la journée de leur côté, à vivre leur vie sans qu’on les embête.

On est parti vers 10h du soir, en souhaitant un bon courage à ceux qui restait, pour la nuit bien fraîche et la journée de flotte du lendemain…