Corona-🦠 2

Lundi, Zoé est revenue de l’école un peu fatiguée.
Mardi, elle est restée à la maison, avec presque 39° de fièvre.
Mercredi, elle allait beaucoup mieux, je l’ai emmenée (en tandem!) se faire PCR-iser.
Jeudi, on a reçu le résultat: positif !
Vendredi, elle aurait dû se faire vacciner, mais à la place elle a éternué et joué à l’ordi.
Samedi, pareil.
Dimanche, elle va faire un auto-test pour pouvoir peut-être retourner à l’école…
Lundi !

Visites d’université

On l’avait déjà fait pour Maxine, c’est le tour d’Iris maintenant : la tournée des universités pour l’année prochaine ! Covid oblige, ce sera malheureusement très réduit pour elle. Très peu d’universités ont organisé des journées portes ouvertes — certaines l’ont fait en remote, mais c’est pas aussi sympa.

On a quand même fait nos propres visites, pour voir de loin à quoi elles ressemblaient. D’abord à Édimbourg, en juin dernier, souvenez-vous ! Mais on a aussi réussi à caser York et Leicester le mois dernier.

York d’abord – c’est assez au nord de l’Angleterre, à 4h de train ou de voiture… On y est allé à deux, Iris et moi, en train, et on est resté une nuit sur place, pour passer un peu de temps dans la ville. On a vraiment adoré : c’est une ville pleine d’histoire, avec des toutes petites rues pavées, des vieilles maisons à colombages et des pubs de 500 ans à chaque coin de ruelle ! Il faut absolument qu’on y retourne avec Anne…

On n’a pas visité l’immense cathédrale, mais on a fait le tour des remparts, et bien lu les panneaux explicatifs à chacune des portes. À un moment, on est tombé sur un champ de fouilles avec un logo de l’université, et justement Iris veut étudier l’archéologie ! On a aussi vu de l’extérieur le bâtiment “historique” de l’université qui accueille cette matière : il a quand même 750 ans… Mais la plupart des cours sont sur le campus, à l’extérieur de la ville.

C’est donc notre destination pour le lendemain: 20 minutes de bus, et nous voilà à la librairie universitaire, où à notre grande surprise, on nous laisse gentiment rentrer. Le coin des bouquins d’archéologie est plein de livres en français, notamment une chronique des activités de Charles V, imprimée il y a 150 ans !
En nous baladant sur le campus, on trouve aussi la zone d'”archéologie expérimentale”, où les élèves recréent des habitations ou essaient des techniques anciennes.
Tout ça fait bien envie à Iris ! Après un petit tour dans le coin des logements étudiants, plutôt sympas, on retourne chez nous.

Le week-end suivant, on part à Leicester ! Là c’est juste à 2 heures de voiture, donc on en a loué une et fait l’aller-retour sur la journée. C’était aussi une vraie journée portes ouvertes, ce qui change tout ! On a pu assister à un mini cours d’archéologie sur la célébrité locale : le roi Richard III, exhumé il y a quelques années sous un parking. On a également pu visiter les labos, avec une prof très enthousiaste qui nous a montré sa collection de squelettes – humains ou non.

Iris a maintenant envoyé ses choix d’universités. Elle commence à avoir des retours, mais elle sait déjà lesquelles elle sélectionnera pour le second tour : York et Leicester !

Rentrée et activités

Je me fais (gentiment) tirer l’oreille parce qu’il n’y a pas beaucoup de nouvelles ici ces temps-ci… Merci Chloé, et allons-y !

Donc une rentrée dans la continuité et… en présentiel, comme on dit en France ! Pour Zoé, c’est la Year 9, qui sera sa dernière en tronc commun. Dans le cours de l’année, elle aura à choisir ses options pour les deux années suivantes. On ne connaît pas encore les possibilités. Elle va tenter musique, mais ça dépendra du nombre d’inscrits.
Et sinon, elle fait toujours plein de flûte traversière ! Elle a rejoint l’orchestre de l’école, qui jouera la comédie musicale Matilda en décembre. Elle fait toujours ses cours individuels le samedi, et va tenter de passer les niveaux 5 et 6 cette année. Et elle a aussi démarré avec un autre orchestre, de l’école de musique concurrente, qui se réunit le mardi soir à son école, donc c’est pratique.

Iris est en dernière année de lycée, et passera donc les A-levels en mai et juin. Elle fait toujours les 3 mêmes matières : histoire, littérature et criminologie. C’est beaucoup de boulot personnel, de rédactions et de stress, parce que les résultats décideront de l’université l’an prochain !
Elle bosse aussi justement sur son dossier de candidature. Il faut préparer une lettre de motivation, et sélectionner 5 universités. Pour l’instant, on a Édimbourg, York, Exeter, Southampton et… Reading, mais tout à la fin, parce que ça craint de ne pas partir de la maison…
Elle ne fait plus de karaté depuis le début du Covid, le prof n’ayant pas renoué le contact. Elle continue les Army Cadets, elle y passe d’ailleurs la journée entière ce samedi, mais elle devra arrêter en mars, pour ses 18 ans.

Maxine est retournée à Portsmouth il y a un bon mois. Elle n’a plus droit à la résidence étudiante maintenant, elle a donc pris un appartement avec 2 autres étudiants (une Polonaise et un Espagnol – vive l’Europe !), à 10 minutes à pied de la fac. Elle démarre ses premiers cours… lundi !
Pour les activités extra-scolaires, il n’y a pas grand chose encore… La première année d’université a été un peu décevante, puisque tout était à distance et il n’y a pas tellement eu de rencontres en dehors de son couloir. Ça devrait s’arranger cette année !

Pour Anne, elle a rempilé pour une deuxième année dans sa nouvelle école (elle avait changé l’année dernière), avec toujours un jour par semaine. Elle a aussi 1 et bientôt 2 élèves en privé, pour des cours à distance cette fois-ci. Mais elle se rend compte que les langues étrangères intéressent assez peu les petits Anglais, et de moins en moins… 
Elle va aussi surveiller les examens cette année, à l’école des filles.
Pour finir, elle vient de rejoindre une chorale, pour se remettre un peu au chant: le Thames Valley Gay Chorus (mais ils acceptent tout le monde !) C’est un peu technique : elle ramène des partitions et du coup se met un peu au solfège, avec l’aide de Zoé !

Quant à moi, j’avais changé de boulot en juin parce que la boîte précédente n’allait nulle part. Mais la nouvelle a décidé fin août de virer 10% des gens ! Comme j’étais encore en période d’essai, je me suis retrouvé sur le carreau et j’ai passé un mois à retrouver un travail. Mais c’est bon maintenant : je commence dans 2 semaines, je vais aller bosser à Londres, dans une entreprise de finance, qui paye donc très, très bien ! Il faudra aller au bureau tous les jours par contre (la plupart des autres acceptaient le travail à distance.)

Sinon, on va essayer de passer en France à Noël, puisqu’on n’a pas pu cet été. Il faut qu’on aille récupérer les passeports des enfants qui nous attendent au consulat (ces formalités administratives, c’est toujours une aventure pour nous…) et aussi qu’on essaie de faire vacciner Iris et Zoé : les mineurs n’ont qu’une dose ici, mais on préférerait deux.

OK, finalement il y avait de quoi raconter… À bientôt !

Zoé et sa nouvelle flûte

Zoé a beaucoup râlé en fin d’année scolaire, principalement après l’école. Il faut dire qu’elle a passé la moitié de l’année en confinement, et qu’elle n’avait pas des profs très enthousiasmants cette année. Les vacances la semaine dernière étaient les bienvenues, mais elle a quand même eu une jolie série de nouvelles sympas en deux semaines.

D’abord, elle est celle de son niveau qui a lu le plus ! Les gamins rentrent les livres qu’ils lisent sur un site en ligne, Accelerated Reader. Il y a des petits quiz pour valider qu’ils les ont bien lus, et ça comptabilise le nombre de mots lus. Zoé étant en tête de tous les year 8, elle a gagné… une tablette numérique ! Probablement pour qu’elle passe plus de temps devant un écran 🙄

Ensuite, elle a aussi gagné à l’école un bon d’achat de 10£ — toujours chez ce même magasin en ligne qui ne vient pas d’Amazonie. Ils ont mis dans un chapeau tous les enfants qui avaient été sages au cours de l’année, en ont tiré 3 au sort, et boum, elle était dedans ! Elle va donc s’acheter des livres numériques sur sa nouvelle tablette…

Et pour finir, sa prof de flûte nous avait dit il y a quelque temps qu’elle jouerait maintenant mieux sur une flûte traversière d’un cran au dessus. On a pris rendez-vous samedi dernier chez un marchand spécialisé du coin, et Zoé a passé une heure et demie à tester 3 flûtes qu’ils nous avaient préparées. Et puis finalement elle en a testé une quatrième, et c’est celle qu’on a achetée… Le vendeur était très patient, et il connaissait bien son affaire. Depuis, elle en joue tout le temps, toute contente d’avoir une flûte aussi brillante, dans tous les sens du terme ! (Un grand merci à Mémé&Dom et Papy&Mamie qui ont largement participé…)

Voici une petite vidéo où elle joue TOUTES les notes possibles. Les plus hautes sont assez dures à choper, elle ne pouvait pas les faire sur l’ancienne.

En voici une où elle joue Tambourin dans le magasin, sur la flûte qu’elle a finalement choisie:

Et pour finir, La Sicilienne:

Corona-déconfinement

Ça n’a pas l’air de se passer très bien en France ces jours-ci, au niveau de la pandémie… mais par chez nous, ça va beaucoup mieux ! On est en gros confiné depuis mi-décembre, et les courbes de décès, contamination et hospitalisation sont clairement à la baisse, depuis deux mois. De plus, le rythme des vaccinations a l’air de se maintenir – on est à 35% de la population ayant reçu au moins une dose. Du coup, le pays commence à se déconfiner tout doucement, ce qui veut dire retour à l’école !

Il y a aussi un très gros effort sur les “test latéraux” : on teste plein de gens, avec des tests rapides, pas forcément très fiables, mais le nombre fait qu’on trouve les foyers de contamination avant qu’ils ne se répandent.
Zoé, Iris et Anne ont donc dû se faire tester chacune 3 fois, à quelques jours d’intervalle, dans leurs écoles respectives. Ce n’est qu’après 3 tests négatifs qu’elles ont pu retourner bosser. Elles ont réussi toutes les trois, et ont donc recommencé l’école cette semaine.

Et les tests vont continuer, mais cette fois ils seront faits à la maison. Elles ont donc reçu chacune un kit de 6 tests, qui ressemble à une mini-boîte du petit chimiste…
(Vous noterez le joli sceau de test qualité rouge, écrit en chinois. Heureusement que le communisme est là pour nous sauver !)

On a essayé le premier test ce soir. Voici comment ça se passe:

  • On prend un grand coton-tige et on se le colle au fond de la gorge, d’abord à droite puis à gauche, en tournant 4 fois
  • On se le met ensuite dans une narine, le plus au fond possible, et là il faut tourner 10 fois. Zoé dit que ça fait pleurer…
  • On dilue ce qu’on a récupéré dans un petit godet contenant du solvant
  • On verse 2 gouttes de la solution sur un bout de papier buvard (Ça ressemble à un test de grossesse, pour ceux qui connaissent !)
  • On attend 30 minutes et on compte les barres. Une barre: négatif. Deux barres: positif. Aucune barre: le test est raté…
  • On envoie le résultat du test (négatif pour nous, ouf !) sur le site web dédié.

Et Maxine? Et bien les universités ne rouvrent pas, elles. Elle a donc toujours ses cours entièrement en ligne.

Mais… elle en a enfin terminé avec l’orthodontiste cette semaine ! Plus de bagues, et les dents sont bien droites. Enfin, elle a encore ce “retainer” qui les maintient en place, à porter toute la journée pendant 6 semaines, puis toutes les nuits pendant quelques années…
Mais, n’ayant plus de raison de rester ici maintenant, elle est repartie dès ce matin dans son Portsmouth bien aimé, revoir ses potes à la résidence étudiante. Elle sera restée 3 mois à la maison, et c’était beaucoup trop pour son goût 😉

Corona-Noël

C’était le tour de Mémé et Dom de venir nous voir à Noël, mais bien sûr, le virus en a décidé autrement. Maxine a quand même pu quitter son université pour nous rejoindre, heureusement !

Le confinement ici était plutôt costaud : on ne pouvait voir qu’une personne à la fois, et dehors. On a donc passé un Noël tranquille, juste nous cinq, en restant principalement au chaud chez nous ! (On a juste vu une copine une fois, en allant nous balader dans le petit bois à côté. Le virus peut toujours essayer de nous attraper avec ça !)

Pas de grand repas gargantuesque, mais quand même un bon dîner aux chandelles pour le réveillon (foie gras, tourte porc et abricots, fruits déguisés) et un excellent repas le jour de Noël (carré d’agneau, choux de Bruxelles, pommes de terres dauphines, bûche aux marrons). On avait même trouvé du champagne pas trop cher !

Pour les cadeaux, le Père Noël n’a pas refait l’erreur stupide de l’année dernière en offrant des billets de spectacles à tout le monde 🤦 (4 spectacles -> 2 annulations et 2 reports…). Il est donc là aussi resté simple: boucles d’oreilles et parfum pour Maxine, équipements de sport en intérieur pour Iris, partoches et “hoodie” Ghibli pour Zoé.

Quant au réveillon du premier de l’an, on a encore bien mangé (saumon fumé, foie gras à nouveau, crème brûlée maison) et on s’est mis devant la télé pour regarder un film comique de zombies, Shaun of the Dead. Oui, ça existe et on a bien rigolé ! Ça nous a permis d’oublier un peu que c’était la soirée du Brexit…

La rentrée cette semaine a été un peu chamboulée… Notre cher premier ministre avait décidé que les écoles secondaires ne rentreraient que la semaine suivante, mais les écoles primaires reprendraient le lundi prévu. Finalement, dès le lundi soir, au vu de la situation… il a changé d’avis, et tout le monde reste chez soi pendant au moins deux mois. On est donc 5 à bosser de la maison pour l’instant, et jusqu’à nouvel ordre.

Allez, on vous souhaite une “happier” année 2021 !
Bises virtuelles à tout le monde, et surtout bonne santé !

Confinement II

J’attendais qu’il se passe quelque chose — n’importe quoi —pour écrire un article, mais c’était une mauvaise idée… Allons-y pour une petite mise à jour, orientée Coronavirus, bien sûr !

Le second confinement ici est très similaire à celui qui existe en France. Les règles sont un peu différentes (on n’a pas ces ridicules attestations à s’auto-approuver par exemple !) mais l’idée est la même : les enfants vont à l’école, les parents télé-travaillent s’ils le peuvent, et on a une application sur téléphone qui ne sert à rien.

L’école nous envoie un e-mail tous les jours (dimanches compris !) pour nous raconter combien d’enfants ont été déclarés positifs dans chaque niveau (entre 3 et 5 en moyenne) et combien doivent s’isoler pour 2 semaines (une vingtaine par jour). C’est un boulot énorme pour eux, parce qu’il n’y a pas vraiment de classe ici : les gamins changent de groupe à chaque heure. Il faut donc que l’école enregistre qui s’assied à côté de qui à chaque cours, et prévienne les voisins directs des malades.

C’est arrivé à Iris, qui a dû rester à la maison une semaine, parce qu’elle a eu un voisin de table testé positif. Elle a donc eu des cours à distance, que les profs retransmettaient en direct pendant la leçon, ou juste des devoirs supplémentaires. Jusqu’au vendredi matin, où, surprise, on a eu un coup de fil à 8h30 nous annonçant que le test était un faux positif, et qu’elle devait retourner à l’école immédiatement ! La pauvre 😀

Comme l’école n’a pas assez de profs disponibles pour assurer tous les cours, ils ferment aussi un niveau par semaine. La semaine dernière, c’est l’année de Zoé qui est restée à la maison, et cette semaine celle d’Iris. Il y a plein de profs absents, qui sont souvent remplacés. Pour l’école, tout ça est une gestion de dingue…

Quant à Maxine, presque tous les cours sont en ligne, excepté une heure par semaine. Elle vient juste de rentrer de Portsmouth pour les 3 semaines de vacances. Elle aura des examens en janvier, et ensuite débutera le second semestre. Elle s’en sort très bien, pas de souci ! Les cours sont plutôt de la remise à niveau pour l’instant, et elle a largement celui qu’il faut dans la plupart des matières.

Anne vient de retrouver un petit boulot dans une école pas très loin: Luckley House School. Elle avait quitté St Georges (l’école de filles, souvenez-vous !) l’année dernière, après 5 ans, parce que le trajet devenait pénible, et les collègues brexiteurs encore plus… Ici c’est une école plus accueillante, et elle n’y passe que 3 heures par semaine, le lundi. Ça se passe bien, mais elle redécouvre à quel point les garçons prennent de la place et sont bruyants !

Quant à moi, je travaille toujours de la maison, et je trouve ça toujours inefficace et peu agréable. Pour me défouler, je me suis même mis à courir de temps en temps, le soir ! Ça ne m’était pas arrivé depuis Hawaï je pense… Bon, je ne dépasse pas 20 minutes pour l’instant.

On prépare Noël tranquillement. Pour nous, ce sera notre premier sans famille autour.
On espère que vous vous en sortez au milieu de cette pandémie, on vous souhaite un joyeux Noël et on vous fait de gros bisous de fêtes — à bonne distance !

Corona-rentrée — Maxine

Tout d’abord, un grand merci à tous pour vos messages concernant Maxine. Ça nous touche beaucoup que vous acceptiez cette réalité, avec bienveillance !

Bon, mais cette rentrée à l’université alors ? Eh bien c’était aujourd’hui ! Mais Maxine avait choisi d’aller s’installer dans sa nouvelle chambre à Portsmouth… il y a 3 semaines déjà ! Non, elle n’est pas fâchée avec ses parents, juste très impatiente de commencer sa nouvelle vie d’étudiante !

On est donc parti le lundi 14 septembre à trois, dans un camion loué pour la journée, en laissant Iris et Zoé se débrouiller. (Au départ, on pensait louer une petite camionnette à 2 places, mettre Anne dans le train à l’aller et la ramener en voiture. Mais le train est tellement cher, même pour un aller simple, que c’était plus avantageux de louer un mini camion avec 3 places à l’avant ! Et aussi plus sympa.) On a donc chargé tout cet immense espace avec un vélo et quelques valises, et on est parti sous le soleil vers Portsmouth !

Il n’y a que 2 heures de route, donc on est arrivé rapidement. Un peu trop tôt même : on avait rendez-vous à midi, il n’était qu’onze heure. Pour s’occuper, on est allé se manger un morceau dans un parc du coin. Contrairement à beaucoup d’université en Angleterre, celle de Portsmouth est au cœur de la ville, pas sur un campus à l’écart. C’est probablement ça qui a plu à Maxine d’ailleurs. Et Portsmouth est un port très sympa — mais on y est déjà allé récemment, souvenez-vous !

La résidence étudiante est une grande tour de 25 étage – la chambre qui lui a été attribuée est quand même au 15ème étage. Chaque étage comporte plusieurs couloirs, de 9 chambres chacun, avec une cuisine commune. Les chambres sont “en-suite”, c’est à dire avec douche, WC et lavabo individuel. Pas de cantine par contre, ni de restau U. Il va falloir apprendre à réchauffer des boîtes de conserve !

En deux heures, on avait tout monté dans la chambre, stocké le vélo à l’abri et fait quelques courses de base pour tenir une semaine sans mourir de faim. Il était 15h, et on a bien compris qu’elle avait plutôt envie de se retrouver toute seule dans sa chambre ! On est donc parti, avec la gorge quand même un peu serrée, mais bien content que ça se passe comme ça !

Maxine est revenue nous voir le week-end dernier, pour aller à un rendez-vous d’orthodontiste lundi matin. (Enfin, quand je dis le week-end… elle est arrivée dimanche à 20h, et est repartie le lundi vers 15h, hein !) Les cours ne reprendront vraiment que lundi prochain, il lui reste donc quelques jours d’oisiveté, avant de finir ces loooongues vacances de 7 mois !

Corona-rentrée — Iris

Iris aussi a fait sa rentrée, en 6th form (lycée, en gros). C’est dans le même établissement, mais assez différent : il n’y a plus que 3 matières, des classes toutes petites d’une dizaine d’élèves au max, et il n’y a plus d’uniforme ! Du coup, il a fallu qu’elle se trouve un style, c’était dur… Elle a choisi chemise hawaïenne, ce qui lui va très bien – et pas juste parce qu’elle se fait plein de taches en mangeant…

Comme matières, elle a pris Histoire (sa matière préférée, la Maman est très fière), Littérature anglaise, et… Criminologie ! (Elle hésitait avec Biologie, le Papa aurait préféré.)
Il y a beaucoup de travail personnel : elle a déjà rendu un essai sur le début de règne d’Élisabeth Ière, un autre sur la fusillade de Columbine, et probablement quelques autres encore, dont on n’entendra jamais parler.

Le 6th form ne dure que 2 ans, et ensuite ce sera les A level, puis l’université. La Maman a déjà choisi son sujet d’étude pour elle : Archéologie ! C’est pour concilier ses goûts pour l’Histoire et pour crapahuter dans la boue. Iris ne dit pas non pour l’instant… mais elle trouve que sa mère l’utilise un peu trop pour vivre par procuration.

Corona-rentrée — Zoé

Ça fait 2 semaines déjà que les 2 plus jeunes sont retournées au collège.

C’est un peu spécial cette année, Coronavirus oblige. Les horaires sont décalés pour ne pas que les différents niveaux se croisent. Zoé commence donc 20 minutes avant Iris. Elle ne peut pas non plus arriver par n’importe quelle entrée comme avant – chaque groupe arrive par une entrée différente, ce qui fait qu’elles ont toutes les deux abandonné le vélo et qu’elles y vont à pied maintenant.

Une conséquence de ça : la récréation est parfois au milieu d’un cours ! La cantine est aussi perturbée : Zoé peut maintenant accéder uniquement au “Snack shack”, le stand de sandwiches et panini, et Iris ne peut pas y aller, elle doit prendre un plat chaud. Je suis sûr qu’en France ce genre de choses n’arriverait pas 🙂

Elle est en “year 8” cette année, la deuxième année de collège. Changement récent : elle a décidé cette année de ne plus mettre de jupe et de passer au pantalon d’uniforme. On a demandé pourquoi, mais les explications n’était pas très convaincantes. Elle a toujours son logo “Extinction Rebellion” sur le sac par contre.

Elle est aussi revenue dépitée un soir, parce qu’elle trouve que ses condisciples ne sont pas très politisés. Ou de droite.
Ils ne savent même pas ce qu’est le Brexit. Ils n’ont pas l’air de considérer le réchauffement climatique comme un problème. Et aussi, il y avait une discussion ou des gamins parlaient de “Greta Thunderberg” qui était norvégienne, et qui n’allait pas à l’école. Elle a levé la main (oui, Zoé, la timide !) pour expliquer que Greta Thunberg était une activiste suédoise, qui venait de passer une année sabbatique.

Bref, elle n’a pas fini de changer, et on suit ça de près !